380 jours pour une apocalypse, Musée NEOMUDEJAR Madrid

21-02-2018 > 01-05-2018

380 jours pour un apocalypse, 

Exposition Musée Neomudejar Madrid

Calle Antonio Nebrija. s/n 28007 Madrid  

http://www.laneomudejar.com

Catalogue [PDF]

 

 

380 jours pour une apocalypse.

 

Le musée national La Neomudéjar de Madrid accueillera durant trois mois à partir de février 2018 les oeuvres de Mahé Boissel. Cette exposition est structurée autour du thème de l’Apocalypse elle comprend des dessins des oeuvres sur papier des peintures sur toile, des broderies , des installations textiles , un texte poétique accompagne et sous tend l’ensemble

Ce thème de la fin des temps où le monde sombrera pour renaître fut souvent abordé et imaginé dans le monde de l art.

Mahé Boissel s'en empare avec une actualité contemporaine.

360 jours de vie et 5 à 6 jours d'apocalypse disaient les égyptiens; mais de qu'elle fin parle t'on? celle monde ou celle de notre monde, de notre propre fin, de la fin du Je?

Parfois les deux se veulent concomitants ; ainsi dans la Chine ancienne ou chez les Wikhings.

 

Mahé Boissel, par la force du trait, l ‘absence de détails , la composition parfois frontale mais souvent triangulaire où le vide central ne se franchit pas, crée un puissant imaginaire du réel qui nous invite, nous convoque et nous interroge sur comment débrouiller les fils de notre vie , que faire avec ce qui nous sidère ,ce qui nous arrête………quid de la mort avant de renaître..?

Le temps s'arrête, souffle toute émotion, nous laisse sans voix.

C’ est l'initiation aux Mystères. La rencontre du réel est fascination, stupeur , tremblement. Le corps agit sur l'esprit. Le voile alors se lève car il s'agit de cela, la vision s'accomplit. Le néant ou la rédemption nous ouvre les bras.

Chacun de nous porte en lui ce mystère à la naissance. Le voile se déchire plus tard.

Comment se préparer lors de ces 380 jours ? Les signes sont là. Leur empire chaque jour nous fait signe. Nous les reconnaissons ou pas.

Comédie humaine , danse sur des pas de sardane, un pied puis l'autre nous avançons . Mahé Boissel ne nous met pas en scène elle nous regarde elle nous tend le miroir où nos propres échos nous regardent.

Nous voilà tels ces êtres esseulés , fascinés, épouvantés, inconscients de la venue des cinq dieux : Osiris, Horus l'ancien, Seth, Isis, Nephtis dans la mythologie égyptienne accomplissent la prophétie pour que l'année meure et que celle à venir naisse.

 

Carlo Ossola dans son introduction à la Divine Comédie de Dante nous dit :"toute oeuvre d'art véritable est à la fois le principe et la fin, l'alpha et l'omega , le résumé de l'origine et l'anticipation de l'apocalypse. Elle est toujours un dévoilement.

C'est ainsi au un par un que Mahé Boissel nous parle au travers de son oeuvre éminemment contemporaine; elle nous chuchote à l'oreille: » dis ,toi que voilà ,que fais- tu de tes 380 jours?ne t' enivres plus de tes propres pas, ce qui te sidère tant, si tu ne sais le dire , ouvre les yeux , vois »



Partagez